Chapitre 13/24 : Le chat retombe toujours sur ses pattes

Mademoiselle Chat était en grande forme ce matin. Elle se lança dans un enchaînement de postures improvisé et constata avec soulagement que sa petite sieste de la veille n’avait pas fait d’elle une chatte feignante et avachie.

Ruisselante de transpiration, elle termina la séance par la gracieuse posture du danseur. Sa patte arrière  tendue vers le haut, elle s’étira en avant dans un mouvement ample. Ses membres graciles étaient contractés à leur maximum quand soudain… 

… CRAC ! 

Un horrible craquement si fit entendre. Mademoiselle Chat se demanda pendant quelques secondes d’où cela venait avant qu’une douleur fulgurante la fasse s’écrouler sur le tapis. Sa patte lui faisait tellement mal que la tête lui tourna un instant et elle crut qu’elle allait défaillir ! Il lui fallut un moment pour se reprendre et constater que sa patte était en sale état. Elle était gonflée et formait un angle inquiétant. 

La pauvre yogi, désemparée, parvint à atteindre sa porte d’entrée à trois pattes, passa sa doudoune et claudiqua jusqu’à son voisin le plus proche. 

Elle ignorait qui elle allait trouver derrière cette porte mais sans réfléchir un instant, elle frappa de toutes les forces qui lui restaient sur le lourd battant de bois. 

L’attente lui parut interminable. 

Soudain, il y eut un bruit de frottement à l’intérieur puis des pas traînants jusqu’à l’entrée. Mademoiselle Chat eut un léger sursaut en découvrant la tête hirsute et l’œil hagard de Madame Ourse. Elle n’avait pas l’air commode et visiblement, elle l’avait tirée de sa sieste. 

Quelques secondes s’écoulèrent en silence mais lorsque la grosse oursonne vit l’air paniqué de sa visiteuse, et sa patte tuméfiée, elle ouvrit grand sa porte et lui proposa sa grosse paluche velue pour s’appuyer. 

Un quart d’heure plus tard, Mademoiselle Chat se remettait de ses émotions, sa patte surélevée sur un coussin et emballée d’un joli bandage digne d’une infirmière diplômée. Elle sirotait une infusion au miel et faisait la connaissance de sa voisine. 

Une heure plus tard, des rires retentissaient, alors que le feu brûlait dans la cheminée. Les deux voisines se découvraient des traits communs, bien camouflés sous des apparences très différentes. 

De son petit trou, notre amie la souris se réjouissait du spectacle et espérait que la magie de Noël apporterait l’amitié dans leur foyer… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close