Saga La Passe-miroir – Christelle Dabos

Publié de 2013 à 2019 – 4 tomes

index

Résumé: Suite une apocalypse mystérieuse notre civilisation a disparu. Elle a été remplacée par un monde imprégné de magie : la terre est couverte « d’arches », menées chacune par un « esprit de famille ». Chacun d’eux est doté d’un pouvoir personnel, dont il a transmis une partie aux habitants de son arche, qui constituent sa descendance. Les habitants d’Anima, l’arche d’Artémis, ont un lien particulier avec les objets. Parmi eux Ophélie est une « liseuse » particulièrement douée : à peine effleure-t-elle un objet, qu’elle en retrace tout l’historique. Mais ce n’est pas là sa seule particularité: elle est également capable de « traverser les miroirs ». Frêle et menue, Ophélie passe une existence paisible, au cœur de son petit musée auquel elle est très attachée et au sein d’une famille nombreuse, aimante et légèrement envahissante. Mais c’est sans compter sur la tradition familiale, qui veut que tout citoyen se marie. Ophélie accepte d’épouser un inconnu venu du Nord, Thorn et de le suivre sur son arche glaciale, le tout chaperonné par sa vaillante tante Roseline. Ce n’est que le début d’une aventure qui la mènera au cœur des intrigues de la Cour du Nord, auprès de Farouk, l’esprit de famille local, puis sur Babel. Intrépide, téméraire et maladroite, Ophélie ne se contentera jamais de rester dans les cases où on tente de l’enfermer, au point de se mettre maintes fois en danger.

Critique : Un monde fantastique, des personnages troubles, une vaste enquête: de bons ingrédients sont ici mêlés pour nous embarquer dans le récit, nous faire vibrer aux côtés de son héroïne principale, nous surprendre au gré de différentes rencontres qu’elle fait. J’ai aimé la pluralité des personnages et notamment la diversité et la créativité de leurs différents pouvoirs familiaux. L’intrigue est intéressante et audacieuse, peut-être un peu trop: j’ai trouvé la fin tirée par les cheveux, et légèrement too much. Il n’était pour moi pas nécessaire d’entrer dans tant de complexité (notamment pour un livre jeunesse). Par ailleurs, la critique des différentes sociétés dans lesquelles évolue Ophélie est très intéressante (l’hypocrisie de la cour, la société de contrôle sur Babel…) et le regard porté par Ophélie réfléchi et percutant. Enfin, il est un peu perturbant que certains tomes ne connaissent pas de « véritable fin »: le dernier chapitre se termine comme un autre chapitre. Si on n’a pas directement le tome suivant sous la main, cela peut être légèrement frustrant ! D’autant que l’intrigue ne nous laisse – pour notre plus grand plaisir bien sur – que peu de repos !

Ma note: 8/10

Anne-Sophie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close