De la complexité d’être libre et indépendant.

Nombre d’entre nous souhaiteraient se targuer de leur libre arbitre, de leur aptitude à énoncer un jugement personnel et objectif, d’avoir leur propre opinion, de leur indépendance d’esprit, nombre d’entre nous réfuteraient aisément les potentielles accusations d’être un parmi la masse semi-pensante, peu reconnaitraient qu’ils sont influencés par ce tout trop vaste et global, par les petits et les grands, par du flagrant et du minime, mais par toutes ces vagues de pensées qui s’insinuent peu à peu ou brusquement dans nos esprits, dans nos personnalités. Ou peut-être qu’en réalité peu sont dupes, mais que subsistent seuls quelques naïfs, comme j’ai pu l’être, ceux qui se revendiqueraient intérieurement comme autonomes, fiers et libres et qui donneraient probablement trop d’importance à leur petite personne. Mais au final, croyons-nous vraiment pouvoir être libre et indépendant ?

On dénonce tout d’abord souvent haut et fort et en premier lieu l’influence des médias. Aujourd’hui à l’heure d’internet, ils nous agressent effectivement par leur omniprésence. Heureusement, pour l’exemple, Sainte Elise Lucet est partie en croisade et semble pour beaucoup redorer le blason de la télévision. Mais encore une fois, toutes fondées qu’elles puissent être, ses requêtes, par moment agressives et clairement orientées, nous influencent incontestablement. Comme pour tout sujet traité, combien le creusent, comparent les données, mettent en balance les témoignages, et au final adoptent une position personnelle, et documentée sur telle ou telle thématique ? Quelque que soit l’angle, ou la teneur d’un parti-pris, on ne devrait jamais baisser la garde mais toujours veiller à garder recul et libre-arbitre.

Ensuite, et de tout temps, on a reconnu l’influence de la famille, et de l’éducation qui s’y lie. On s’en affranchit aujourd’hui de plus en plus, cette source d’influence historique se trouvant bousculée de toutes parts par les sur-sollicitations auxquelles nous faisons quotidiennement face. Et pour autant nombre de valeurs restent ancrées, pour le meilleur comme pour le pire, et la mixité sociale n’étant souvent qu’une belle idée peu palpable dans la réalité, il n’est pas évident de sortir de la case plus ou moins grande dans laquelle on a appris à évoluer.

Et puis, la « société » bien entendu, souvent décriée, mais dont les travers se camouflent pourtant également sous les attributs en apparence évidents de l’affranchissement de ses propres règles. Ce ne sont après tout que d’autres codes, alternatifs seulement par rapport à ceux qui sont portés comme dominants mais qui ne représentent en réalité qu’une partie de ce tout. La société est comme une multitude de sociétés, et nous faisons la plupart partie d’un de ces groupes sociétaux ou d’un autre, mas peu réussissent à vraiment s’autonomiser des modes de fonctionnement et de pensées en vigueur ici ou là. On peut bien le crier dix fois cent fois, et le hurler pendant des mois, pour la plupart la société quelle qu’elle soit, nous aura.

Enfin, un obstacle fourbe à notre capacité de liberté et d’indépendance serait indéniablement l’influence des paires, légèrement plus subtile que celles inculpées plus haut. De ceux qu’on côtoie, de ceux qu’on idéalise, de ceux qu’on voudrait côtoyer, de ceux qui nous méprisent. Ce qu’on attend des autres, l’importance que l’on accorde à leur attention, impactent directement nos comportements et nos manières de pensées, qu’il s’agisse de ceux qui nous attirent ou de ceux qui nous dégoutent. L’opposition façonnerait l’identification presque autant que l’intégration. Et noyés dans une masse ou dans l’autre, il n’est pas évident de continuer à nager en eaux libres plutôt que de se rattacher au ban de poisson, chaleureux, convivial, qui rassure davantage nos instincts grégaires.

Mais bien entendu, notre pire ennemi en la matière serait nous-même. En effet, je me figure une représentation de moi-même. A laquelle j’aspire, ou que je garde du moins en ligne de mire. Déroger à cette ligne directrice ou un projet de vie n’est pas assurément pas chose aisée, même si l’initiative est personnelle et jamais réellement avouée. Se remettre en question personnellement, profondément, et sans contrainte extérieure, mais uniquement par la force de son jugement et de sa volonté, demeure probablement une des étapes les plus difficiles dans sa construction en tant qu’individu. Si je pense donc je suis, il faut surtout penser beaucoup pour réussir à être vraiment !

Au final je connais peu d’êtres complètement libres et indépendants, mais je les admire sans les envier, et me contente d’être heureuse de les côtoyer et de m’inspirer de leur liberté de penser, de réfléchir et d’agir. De leur faculté à remettre en question les codes et modes de pressions sociales, aussi infimes et positifs soient-ils, à l’instar de l’irrémédiable injonction à « profiter ! » lorsqu’on se lance dans un projet à connotation positive. Laissons-nous vivre, avant de nous forcer à profiter ! Abus de simplicité de l’usage du langage, mais attention comme le dit Orwell, le langage façonne la pensée… Tout est lié, ne nous laissons pas – trop – abusés !

Et moi, je ne suis pas vraiment libre ni tout à fait indépendante. Mais j’essaie de garder le maximum de lucidité et de distance pour ne pas me sentir happée, et éviter de tanguer sans volonté dans l’une ou l’autre société. Merci à ceux qui écrivent, qui racontent, qui dénoncent. Vous bousculez les pierres des édifices, pour nous éviter d’évoluer dans un monde trop figé. A nous de garder les yeux, les oreilles et le cœur ouverts et alertes, de trier, de réfuter, de débattre, pour, tant que possible, forger notre propre personnalité au gré de nos propres volontés.

« Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien ». Noir Désir.

Anne-Sophie

1 réflexion sur « De la complexité d’être libre et indépendant. »

  1. Tu n’as rien à envier à Elise Lucet !!! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close